Emelthée | Le Tombeau des Passions
799
ajde_events-template-default,single,single-ajde_events,postid-799,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

novembre, 2016

25nov20 h 30 minLe Tombeau des PassionsCréation20 h 30 min Temple du Change

En Savoir +

Détail

Œuvre composée par Philippe Forget pour Marie-Laure Teissèdre et le chœur Émelthée.

 

…Et Mourir d’Amour
Louise Labé (1524-1566)
Pernette du Guillet (1520-1545)

L’amour chanté par deux amoureuses.
L’amour déçu, plus grand et plus fécond spirituellement que l’amour heureux.
Deux amoureuses en la même ville : Lyon.
Pour Pernette comme pour Louise, l’oeuvre poétique sera brève et fulgurante ; son unité profonde et son discours unique : l’amour ou plus exactement la relation des sexes.
Lyon réinvente pendant la Renaissance un modèle féminin autorisant l’élégance, l’intelligence, la culture, le savoir et le talent.
Non contentes de la place décorative et honorifique que leur reconnaît toute société courtoise, les femmes participent à la vie artistique et au débat des idées.
Dans la poésie de Pernette et dans celle de Louise, l’être aimé est absent, son absence est brûlure et l’abandon côtoie une résignation douloureuse, sublime et quasi religieuse.
L’amant est insaisissable et ambigu : soumis aux désirs de la Dame et cependant véritable initiateur de la démarche amoureuse et finalement authentique et unique bénéficiaire. Si serein et si apaisé que paraisse la quête amoureuse, elle sous-tend une tension extrême, un désir plénier qui intègre le corps et les sens.
Le but à atteindre est un amour solaire, spirituel.
L’expression de sa recherche se traduit par un caractère conflictuel et douloureux.
Les animaux sauvages, la chasse, l’assaut et la guerre, le poison, la torture et le combat… Voilà les moyens utilisés par les poètes pour détourner ou libérer leur violence érotique.
Mais il y a dans toute expansion lyrique un écart nécessaire entre le sentiment et l’expression : la vie et l’œuvre sont des réalités fondamentalement différentes.
Les vies intimes de Pernette et de Louise initialisent l’état de désespoir destructeur et de douleur répétée… Mais c’est pour clamer avec vigueur cette soif de bonheur puis restaurer au fond de l’âme cette aspiration urgente à la vie et à l’amour.
Pittura delle orecchie, peinture pour les oreilles, aime dire l’époque.
Le sentiment libéré, magnifié, commande en toute occasion…
Le principe créateur sans cesse renouvelé à la confluence du Rhône et de la Saône, à travers des siècles de musique, de théâtre et de poésie, suggère l’existence d’un répertoire plus vaste dédié aux sonorités et aux mots de ces deux immenses figures de l’École Lyonnaise.
Cité de la Voix, Lyon incarne depuis toujours cet extraordinaire vivier fait de talents et d’esthétiques plurielles. Dans cette émulation artistique qui tutoie l’histoire et le temps présent, il est exaltant et juste de rendre un vibrant hommage aux blasons les plus éclatants de cette ville en s’appuyant sur l’urgente modernité de l’écriture de Louise Labé et de Pernette du Guillet.
Philippe Forget

Heure

(Vendredi) 20 h 30 min

Lieu

Temple du Change

Place du Change 69005 Lyon

X